LA « BOMBE COURRÈGES »

En 1961, André Courrèges fonde sa maison de création éponyme. Quelques années plus tard, il présente sa collection haute couture au style futuriste. Qualifiée de révolutionnaire par le monde de la mode avec ses jupes blanches, bottes plates, et matières argentées, la "bombe Courrèges" est conçue pour la femme active qui recherche des vêtements fonctionnels. Les bottes plates, la minijupe trapèze et le blouson en vinyle deviennent vite ses pièces emblématiques. En 1965, Yves Saint Laurent dit: « Je m'enlisais dans l'élégance traditionnelle, Courrèges m'en a sorti. »

Dès les années 1970, il habille les femmes les plus élégantes de la planète: Catherine Deneuve, Jackie Kennedy, Brigitte Bardot, Romy Schneider et Françoise Hardy. En 1972 André Courrèges conçoit les vêtements officiels des Jeux Olympiques de Munich qui seront portés par plus de 20.000 personnes lors de l'événement. La même année, le parfum Empreinte est lancé.

Le créateur met peu à peu en place une politique de licences qui lui permet de développer de nouveaux produits (accessoires, maroquinerie, etc). A partir de 1994 et jusqu’en 1995, Jean Charles de Castelbajac réalise les collections. L’année suivant, Coqueline Courrèges dirige la maison et dessine les vêtements. C’est en 2011 que Jacques Bungert et Frédéric Torloting, anciens patrons de l’agence de publicité Young & Rubicam, rachètent cette marque française intemporelle et avant-gardiste et décident de la relancer dans le monde entier.

 


 

 

«Il faut distinguer le style et la mode. La mode change; le style, c'est ce qui se perpétue dans le temps et dont on reconnaît la personnalité. Je ne suis pas un homme de mode"»

   
La marque Courrèges, Prêt-à-porter et cosmétique.

Flacon 32 ml / 1.08 fl.oz - Savon 40 g / 1.41 oz - Plateau mat blanc 176 x 97 x 20 mm

La ligne hôtel Courrèges.
Eau de Courrèges - Tonique, Indépendant, Libre.

Flacon 32 ml / 1.08 fl.oz - Savon 40 g / 1.41 oz

Lait corps, Après - Shampooing, Gel douche, Shampooing
Savon doux

La ligne hôtel Courrèges.